Qui sont les victimes régie par la loi Badinter

Qui sont les victimes régie par la loi Badinter

L’indemnisation des victimes d’accident de la route (voiture, motos, vélos) est régie par la loi Badinter du 5 juillet 1985. Le conducteur, les passagers, les piétions, les cyclistes et membres de la famille (de la victime) sont les victimes.

Le conducteur

La loi du 5 juillet 1985 dite BADINTER va distinguer le conducteur victime d’un accident de la route (accident de voiture, accident de moto, accident de vélo…) des autres victimes également accidentées de la route.

Les passagers, les piétons, les cyclistes, les vélos sont systématiquement indemnisés de leur préjudice corporel sans que l’on puisse leur opposer leur propre faute (à l’exception de leur faute inexcusable, si elle a été la cause exclusive de l’accident, ou elles ont volontairement recherché le dommage qu’elles ont subi).

A l’inverse, le conducteur victime d’un accident pourra se voir reprocher sa responsabilité dans l’accident survenu.

Ainsi, le conducteur d’un véhicule pourra être limité dans son indemnisation, ou pire, exclu purement et simplement.

L’analyse de la faute commise sera donc primordiale et souvent, les compagnies d’assurances se retranchent derrière cette faute pour refuser ou diminuer une indemnisation à la suite d’un accident de la route ayant entrainé de graves préjudices.

Seul un cabinet d’Avocats ayant pris l’engagement de ne jamais travailler pour les compagnies d’assurances pourra s’opposer efficacement à ces compagnies, soit pour démontrer que la faute est inexistante, soit pour diminuer la responsabilité du conducteur afin d’obtenir un maximum indemnisation.

Par ailleurs, l’indemnisation du conducteur se fait toujours au visa de l’article 4 de la loi sur la base duquel il appartient à l’auteur des dommages de rapporter la preuve d’une faute commise par la victime pour réduire ou exclure son droit à indemnisation.

Aussi le cabinet pourra intervenir pour démontrer la responsabilité d’un tiers dans la réalisation de l’accident.

Enfin de simple analyse du contrat d’assurance par un expert révèle souvent des possibilités de prise en charge pourtant refusées à l’origine.

A défaut, les avocats du cabinet se feront assister de médecins experts ou de tous autres experts afin d’obtenir la meilleure indemnisation.

les passagers, les piétons, les cyclistes

Les passagers, les piétons, les cyclistes, les vélos sont systématiquement indemnisés de leur préjudice corporel sans que l’on puisse leur opposer leur propre faute (à l’exception de leur faute inexcusable, si elle a été la cause exclusive de l’accident, ou si elles ont volontairement recherché le dommage qu’elles ont subi).

Pour ce qui est des non conducteurs, la loi introduit une notion de droit à indemnisation sans que puisse être opposée la faute de la victime.

L’indemnisation est quasi automatique sauf faute inexcusable, rarement retenue par les juridictions.

les membres de la famille de la victime

Les victimes indirectes : les femmes, la concubiné, les enfants, les parents, les frères et sœurs, les cousins, les amis…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.